Sélectionner une page
E-learning

Un quiz est un questionnaire qui permet de déterminer le niveau de connaissances sur un sujet donné. Il y a également le quiz ludique, qui ne sert pas à évaluer, mais à se divertir.

Les formations et les blogs y ont souvent recours. Cela permet d’offrir un contenu personnalisé à la cible et d’introduire une gamification dans le processus d’apprentissage.

Les quiz se présentent de deux manières :

  • Les vrai/faux,
  • Les choix multiples.

Ils ne constituent pas une évaluation à proprement parler. Ils sont plutôt un indicateur sur les thématiques que les apprenants maîtrisent le moins et permettent à l’enseignant d’ajuster ses cours.

Les caractéristiques du quiz

Le quiz est composé d’une question et de deux ou trois réponses minimum. Le formateur peut en créer simplement sur Word. Il existe aussi d’autres outils, comme SurveyMonkey, Quizity ou encore Kahoot. Grâce à eux, il élabore un quiz interactif, ergonomique et design, ce qui lui permet d’atteindre les objectifs qu’il s’était fixés initialement : identifier les connaissances des apprenants.

Cet outil revêt aussi parfois la forme d’un jeu. Plusieurs participants le remplissent en même temps et comparent ensuite leurs résultats. Tout dépend du contexte dans lequel il est présenté.

Avantages et inconvénients

Premièrement, un quiz est très ludique. Il est très facile à faire.

Les avantages sont aussi cognitifs, puisque le système de présentation des questions-réponses oblige l’apprenant à se remémorer toutes ses connaissances sur la thématique.

Cet outil stimule son attention et son engagement auprès de la formation.

Cependant, c’est moins stressant qu’une évaluation traditionnelle. Le quiz peut donc être réalisé avec moins de sérieux. Par ailleurs, ce format ne permet pas d’analyser les connaissances en toute objectivité. Ayant des suggestions de réponses, un facteur chance est à considérer.

Un exemple concret d’application

Vous éditez des modules complémentaires à destination des coachs de vie et des psychologues. Il y a par exemple le module sur les relations amoureuses et celui sur les thérapies cognitives et comportementales.

Pour vérifier, à la fin de chaque module, que l’apprenant a bien compris le cours et l’a mémorisé, le formateur peut prévoir 10 questions. Pour maximiser les avantages cognitifs, il peut être judicieux d’opter pour des questions polymorphes :

  • Un classement,
  • Des choix multiples,
  • Un vrai – faux,
  • Des questions ouvertes.

Grâce à cette approche, le formateur mobilise toutes les facultés de l’élève et lui permet de restituer un maximum de connaissances. Ensuite, l’enseignant doit attribuer une annotation personnalisée à chaque question. Les études montrent que cela aide à l’assimilation des informations.

À découvrir :