Validation des acquis durant la formation

Évaluation des formation

symbole-digiforma-crayon  Évaluez les acquis de vos formés pendant une action de formation

L’évaluation représente l’aboutissement de toute session de formation. Son rôle est de vérifier que les objectifs sont atteints et de pouvoir justifier de cette réussite auprès de l’entreprise et des organismes financeurs.

L’évaluation de formation, une obligation légale

Les modalités d’évaluation de la formation doivent être communiquées au stagiaire avant son inscription définitive. Il est donc impossible de proposer une formation professionnelle sans évaluation.

Les résultats de l’évaluation des acquis de la formation devront être mentionnés sur l’attestation individuelle de formation remise à chaque stagiaire à l’issue de la formation. Sans procédure d’évaluation, il serait impossible de mentionner de quelconques acquis.

Les objectifs attendus sont ceux décrits dans le programme de formation. L’évaluation de formation doit permettre à tous les acteurs d’apprécier la qualité et l’efficacité de l’action de formation : formateur, stagiaires, entreprise, organisme financeur.

En vertu de la loi Formation du 5 mars 2014, les organismes financeurs devront s’assurer, à partir de 2017, de l’adéquation des méthodes d’évaluation avec les publics stagiaires.

Dans le cadre de la FOAD (formation ouverte et/ou à distance), des évaluations spécifiques doivent être prévues, en cours et/ou en fin de formation.

L’évaluation fait partie intégrante de l’ingénierie de formation

Pour être complète et utile à l’entreprise, une évaluation de formation devrait toujours comporter 3 phases :

  • vérification de la conformité de la prestation avec ce qui était attendu
  • compétences nouvelles mises en application par les stagiaires dans l’entreprise
  • impact global du plan de formation sur l’activité de l’entreprise

Les moyens permettant d’apprécier les résultats de l’action doivent être énoncés dans les conventions de formation. Le choix des méthodes d’évaluation est laissé à la libre appréciation du formateur indépendant ou de l’organisme de formation, mais celles-ci doivent être suffisamment probantes pour être recevables dans le cadre d’une formation professionnelle.

La pertinence de ce choix pourra être vérifiée en début d’activité par les services de l’État. En effet, lorsque le formateur indépendant dépose une demande en vue de l’obtention d’un numéro d’organisme de formation, il doit joindre une copie de la première convention de formation qu’il aura conclue. Celle-ci devra mentionner les méthodes d’évaluation retenues.

Quelles méthodes privilégier pour une évaluation pertinente ?

Les méthodes d’évaluation sont multiples. Les plus courantes sont les tests de contrôle des connaissances. Les QCM, par exemple, sont très appréciés dans le cadre de la formation à distance. Les nouvelles technologies permettent d’organiser des quizz interactifs, y compris sur mobiles. On peut également prévoir des études de cas, des travaux pratiques, un examen professionnel ou un entretien avec un jury.

Compléter une fiche d’évaluation par stagiaire permettra un suivi efficace. L’évaluation doit porter aussi bien sur les connaissances théoriques que sur les savoir-faire ou même les savoir-être. Il faut donc, dans chaque cas, trouver la méthode la plus adaptée.

Des mises en situation peuvent être organisées pour évaluer le niveau de maîtrise des gestes professionnels.
Les entreprises acheteuses de formations sont de plus en plus demandeuses d’une évaluation à froid. Celle-ci peut intervenir dans un délai variable suivant la nature de la formation.

S’il s’agit de l’acquisition de gestes techniques, un délai d’un mois permet d’évaluer leur maîtrise définitive par le stagiaire. Pour des formations portant sur le management ou l’acquisition de méthodes, un délai de 3 à 6 mois est généralement souhaitable.

Évaluer pour améliorer la qualité des formations

Les résultats d’évaluation sont indispensables aux organismes financeurs pour justifier que des fonds soient alloués à telle ou telle formation. L’entreprise est également en droit de savoir si la formation valait la peine d’être financée, ou du moins organisée.

Les résultats concrets obtenus suite à une action de formation permettent aux responsables des ressources humaines d’évaluer l’utilité et la qualité du plan de formation qui a été défini au sein de l’entreprise.

L’État est également en droit d’effectuer des contrôles sur les formations qu’il finance. Les aspects qualitatifs sont de plus en plus pris en compte. L’évaluation doit donc permettre de mesurer les effets concrets sur la marche de l’entreprise.

Une évaluation négative ne doit pas être vécue comme un échec, mais plutôt s’envisager dans une optique d’amélioration continue. Si les outils d’évaluation sont bien pensés, il est possible d’identifier clairement les facteurs qui ont conduit à l’échec et les points à améliorer. Le succès d’une formation passe avant tout par des objectifs de formation clairs et réalistes. L’évaluation viendra le plus souvent confirmer ou infirmer ces choix initiaux.

Références législatives :
– articles L. 6353-1 et 6362-6 du Code du Travail
Livre blanc formation professionnelle : organismes de formation réussissez votre transformation digitale : La transformation digitale des OF
Télécharger


Guide Datadock : Guide Datatdock par Digiforma

Créer un compte

You have Successfully Subscribed!